Le sceau-de-Salomon

Par:  Diane Barriault

Polygonatum pubescens

Le sceau-de-Salomon pubescent est fréquent dans le massif des falaises. Il fait partie de la famille des Aspéragacées et doit son nom français aux cicatrices laissées sur son rhizome par l’abscission de la tige.

Chaque printemps, le rhizome produit une seule tige qui s’arque pour devenir presque horizontale et sur laquelle les feuilles s’insèrent en alternance. Leur surface inférieure pubescente prend une couleur légèrement bleutée. Ce caractère permet de distinguer le sceau-de-Salomon de la smilacine à grappes (Maianthemum racemosum subsp. racemosum) dont le nom anglais est d’ailleurs ‟large false Solomon’s seal”. En effet, tôt au printemps, lorsque ces plantes sont jeunes, elles se ressemblent beaucoup.

Les fleurs d’un jaune verdâtre sont petites et pendent généralement par paires sous la tige à l’aisselle des feuilles. Les fruits, des baies rondes bleu foncé persistent jusqu’à l’automne. Ils sont toxiques.

Feuilles couvertes de poils sur le revers

Photo : Diane Barriault

Seule la partie horizontale de la tige porte des feuilles et des fleurs

Photo : Diane Barriault

Détail des fleurs

Photo : Diane Barriault

Les fruits matures à l’automne

Photo : Diane Barriault