Le trille blanc, le trille rouge et le trille ondulé

Par:  Diane Barriault

Trillium grandiflorum, Trillum erectum, Trillium undulatum

Les trilles sont certainement les fleurs printanières que tous reconnaissent. Elles ne passent pas inaperçues. Leurs fleurs bien visibles transforment le sous-bois en un parterre fleuri.

On rencontre trois espèces de trilles dans le massif des falaises : le trille blanc (Trillium grandiflorum) qui forme souvent de vastes colonies sur les sols riches, le trille rouge (Trillium erectum) et le trille ondulé (Trillium undulatum), deux espèces plus solitaires qu’on trouve dans les endroits frais et parfois humides. La colonie la plus spectaculaire est certainement la colonie de trilles blancs sur le flanc de la montagne près de l’entrée sud-ouest du parc.

Toutes les espèces de trilles vivent longtemps (plus de 30 ans) mais doivent passer par plusieurs stades de croissance. La mortalité est très élevée les premières années. À partir d’une graine, la plante peut prendre jusqu’à 20 ans avant de fleurir une première fois. De plus, la floraison consomme une bonne partie de ses réserves et un individu qui fleurit une année ne fleurira peut-être pas l’année suivante. Les trilles se reproduisent uniquement par graines.

Au Québec, le trille blanc a été désigné espèce vulnérable à la cueillette commerciale en 2005. La vente de spécimens récoltés en nature est totalement interdite.

Les trilles du massif des falaises sont une richesse qu’il nous faut protéger. Admirez-les, prenez-les en photos, mais surtout, ne cueillez ni ne coupez aucune fleur.

Pétales arrondis d’un blanc immaculé

Photo : Diane Barriault

Le fruit du trille blanc

Photo : Diane Barriault

Une belle fleur à l’odeur repoussante

Photo : Diane Barriault

Le trille ondulé pousse souvent en bordure des ruisseaux

Photo : Diane Barriault