Les arbres

par: Diane Barriault

On trouve dans le massif des falaises la majorité des essences forestières laurentiennes. Certaines espèces nous sont familières (érables, chêne, hêtre, frênes, bouleaux et peupliers) d’autres, un peu moins (ostryer de Virginie, tilleul, ou cerisier tardif). Deux essences rares sont présentes, le noyer cendré et l’orme rouge.

Les conifères sont identifiables toute l’année par leurs aiguilles et leur écorce. Les feuillus le sont l’été par la forme de leurs feuilles (composées ou entières, pennées, lobées), leur bordure (lisses ou dentées), leur position sur le rameau (alternes ou opposées). En l’absence de feuilles, l’apparence de l’écorce, parfois très typique, et l’examen des bourgeons et des cicatrices foliaires permet aussi l’identification, même si cela nécessite parfois l’utilisation d’une loupe.

Cette section vous permettra de vous familiariser avec certaines espèces indigènes et de les reconnaître facilement sur le terrain lors de vos randonnées.

Les érables

On sait tous reconnaître une feuille d’érable, même s’il nous est parfois difficile de différencier les espèces entre elles. Les termes acériculteur ou industrie acéricole dérivent du nom latin de ce genre (Acer). Dans le massif des falaises, on trouve quatre espèces indigènes. Elles se  distinguent par leur taille, par la forme de leurs feuilles et par l’angle que forment les  deux ailes de leurs fruits, les samares.

Les Bétulacées

Les bouleaux et l’ostryer de Virginie appartiennent à la famille des Bétulacées qui compte une dizaine d’espèces d’arbres indigènes au Canada, ainsi que des arbustes comme l’aulne et le noisetier à long bec.

Les deux espèces de bouleaux présentes dans le massif des falaises sont le bouleau à papier et le bouleau jaune. Les individus adultes se reconnaissent facilement en toutes saisons par leur écorce qui se détache en feuillets. Ce sont des essences de lumière et ils forment souvent le nouveau couvert forestier suite à une coupe intensive ou un feu. L’ostryer de Virginie est également présent dans le massif des falaises et possède lui aussi une écorce typique.

Les frênes

 Tout comme les érables, les frênes possèdent des rameaux et des feuilles en position opposée. Leurs feuilles sont composées de cinq à onze folioles. Les trois espèces indigènes au Québec sont présentes dans le massif des falaises. Ce sont le frêne blanc (Fraxinus americana), le frêne rouge (Fraxinus pennsylvanica) et le frêne noir (Fraxinus nigra). Les frênes ont récemment fait la manchette à cause de l’abattage de nombreux individus affectés par un insecte, l’agrile du frêne, causant le dépérissement et la mort de nombreux arbres. Jusqu’à maintenant, l’insecte, n’a pas encore atteint notre territoire.

Autres feuillus

Voici quelques autres feuillus à feuilles alternes.

Conifères à écailles ou à aiguilles isolées

Ces conifères à aiguilles isolées sur le rameau ou à écailles se distinguent facilement des pins et des mélèzes . Cependant, si on reconnaît facilement les thuyas, on confond souvent entre eux sapins, épinettes et pruches. Explorons ce qui les caractérise .

Conifères à aiguilles réunies en faisceaux

Dans le massif des falaises, on trouve le pin blanc (Pinus strobus) et le pin rouge (Pinus resinosa). Une façon facile de les différencier est d’observer le nombre d’aiguilles dans un faisceau: on en compte cinq chez le pin blanc, deux seulement chez le pin rouge. Quant au mélèze, ses aiguilles très courtes et nombreuses (15 à 60 par faisceau) ne laissent aucun doute sur son identification.