Le sapin baumier

Par:  Diane Barriault

Abies balsamea

C’est le conifère le plus fréquent au Québec méridional. Sa forme pyramidale terminée par une longue flèche est caractéristique. Il atteint 25 mètres de hauteur et vit jusqu’à 150 ans. Ses aiguilles à l’apex échancré, dont la face inférieure est marquée de deux  bandes blanches, paraissent disposées en deux rangs sur le rameau. Elles sont aplaties et ne roulent pas entre les doigts contrairement à celles des épinettes. Les cônes du sapin sont dressés sur les rameaux les plus hauts de l’arbre et à maturité, les écailles tombent une à une. Ne reste alors sur l’arbre que le pivot central du cône.

L’écorce du sapin est parsemée de vésicules saillantes contenant une résine liquide et collante utilisée en optique et en microscopie.

Le sapin baumier est sensible à la tordeuse des bourgeons de l’épinette et l’infestation entraîne une défoliation. Au Québec, des infestations majeures ont lieu tous les 30 ou 40 ans.

Silhouette typique: une forme pyramidale terminée par une longue flèche

Photo : Diane Barriault

Les aiguilles sont échancrées à l’apex et ont deux bandes blanches sur leur revers

Photo : Diane Barriault

Aiguilles vert tendre du sapin et celles vert foncé de l’épinette

Photo : Richard Pelletier

Les cônes sont dressés sur les branches les plus hautes

Photo : Diane Barriault

Les écailles se détachent et tombent une à une des cônes, ne laissant sur l’arbre que le pivot central

Photo : Diane Barriault

Le tronc est parsemé de vésicules contenant une résine collante

Photo : Diane Barriault