Le dirca des marais

Par:  Diane Barriault

Dirca palustris

Contrairement à ce que laisse supposer son nom, le dirca des marais est un arbuste qui croît dans les érablières riches et non dans les marais. Il dépasse rarement deux mètres de hauteur et sa floraison est très hâtive, avant même la fonte complète des neiges. Les fleurs apparaissent avant les feuilles, par groupe de deux à quatre, aux nœuds des rameaux de la saison précédente. Les sépales jaune verdâtre sont fusionnés en un tube duquel dépassent huit étamines aux anthères globuleuses et jaune vif, et un seul pistil blanc très long. Les pétales sont absents. Le fruit orangé est une drupe ovoïde, non comestible, mature à la fin de l’été.

Il est facilement reconnaissable l’hiver par ses rameaux d’apparence télescopique et par ses bourgeons aux écailles recouvertes de longs poils bruns; on a l’impression que chaque bourgeon porte un chapeau de fourrure.

Le bois du dirca est mou et flexible. Les Amérindiens en faisaient des courroies, d’où le nom anglais de « leather wood » devenu par déformation « bois de plomb » en français. L’écorce contient une résine dont le contact avec la peau peut être irritant pour certaines personnes. Cette même résine, lorsqu’ingérée, est un laxatif extrêmement puissant.

Cet arbuste n’est pas fréquent dans le massif des falaises.

Le dirca fleurit très tôt au printemps

Photo : Denis Paquette

Fleurs aux étamines jaunes et au très long pistil blanc

Photo : Diane Barriault

Les bourgeons densément couverts de poils bruns

Photo : Diane Barriault