Les aubépines

Par:  Diane Barriault

Crataegus spp

Le Québec compte plus d’une vingtaine de taxons d’aubépines, de morphologie souvent variable. Elles sont difficiles à différencier et leur identification précise nécessite l’observation de plusieurs caractères à différents moments de l’année. Cependant, une caractéristique commune à toutes les espèces est la présence d’épines acérées sur les rameaux. Pas surprenant, puisqu’elles appartiennent à la famille des Rosacées.

On trouve les aubépines dans les champs ou autres milieux ouverts et semi-ouverts, souvent en bordure des routes et des bois. Elles nécessitent le plein soleil ou presque. Leur taille varie de deux à dix mètres. Les feuilles sont alternes, lobées ou dentées; les dents sont le plus souvent aiguës. Jusqu’à maintenant, très peu d’espèces ont été observées sur le territoire du massif des falaises.

La floraison a lieu de la mi-mai à la mi-juin, et dure de sept à dix jours selon les individus. Les fleurs blanches à cinq pétales sont groupées à l’extrémité des rameaux et, chez certaines espèces, les bractées qui sous-tendent les fleurs sont roses. Les aubépines sont plus faciles à identifier au printemps. Deux bons critères d’identification sont le nombre d’étamines, qui varient de 5 à 20, et la couleur des anthères, allant du blanc-crème au jaune pâle, au rose, rouge ou pourpre.

Les fruits charnus, jaunes, orangés ou rouges sont communément appelés cenelles. Ils servent de nourriture aux oiseaux. Ces derniers utilisent aussi les aubépines comme abri et sites de nidification. Les insectes se nourrissent du pollen et du nectar. Il est possible de faire des gelées avec les fruits de quelques espèces.

Bourgeons floraux aux bractées roses et les tiges aux longues épines

Photo: Diane Barriault 

Fleurs épanouies

Photo: Diane Barriault

Fruits (cenelles) à l’automne

Photo: Diane Barriault