Les bourgeons

par: Richard Pelletier

Contrairement à une certaine croyance, les bourgeons des arbres et arbustes n’apparaissent pas au printemps, mais ils se forment dès l’été précédent. En effet, pour survivre à l’hiver, ces végétaux des régions tempérées et froides doivent entrer en dormance par différents mécanismes, dont la chute annuelle des feuilles chez les espèces décidues. Pour assurer leur renouvellement, ils développent des bourgeons à l’aisselle des feuilles, à l’extrémité (bourgeon apical) et le long des jeunes rameaux (bourgeon latéral). Au printemps, ces bourgeons se déploient pour former soit un nouveau rameau, des fleurs, ou des feuilles. C’est le débourrement.

L’identification en hiver des espèces en l’absence de feuilles est possible grâce à l’observation des rameaux et des bourgeons. En effet, les bourgeons présentent différentes caractéristiques propres à chacune des espèces. Il faut alors observer différents aspects comme la couleur, la grosseur, le nombre et la disposition. Ceux-ci peuvent être munis ou non d’une, deux ou plusieurs écailles, tantôt lisses, ciliées ou pubescentes. Les bourgeons peuvent être accolés ou distancés du rameau, être parfois collants, et avoir même une odeur caractéristique.

 

Aulne rugueux
PBAulnus

Chêne rouge
PBQuercus
Érable de Pennsylvanie
PBAcer_pennsylvanicum

Érable rouge
PBAcer _rubrum
 

Érable à sucre
PBAcer _saccharum

Frêne noir
PBFraxinus-nigra
Hêtre à grandes feuilles
PBFagus
Noisetier à long bec
PBCorylus
Peuplier à grandes dents
PBPopulus

Sapin baumier
PBAbies

Sorbier décoratif
PBSorbus
Viorne bois-d'orignal
PBViburnum