Le ptilidie des forêts

Par:  Carole Beauchesne

Ptilidium pulcherrimum

Une hépatique pionnière

Au cours d’une promenade en forêt, avant de vous assoir sur un tronc d’arbre mort pour déguster votre collation, vérifiez s’il ne se trouverait pas sur l’écorce un coussinet bien spongieux de ptilidies des forêts. Ce serait dommage de l’écraser! Cette hépatique est d’apparence toute délicate, grâce aux nombreux cils qui bordent ses feuilles. Ce qui ne l’empêche pas d’être une fonceuse, et d’agir en espèce pionnière sur le bois mort. Avec une loupe, il est souvent possible d’apercevoir la partie reproductrice de la plante, le périanthe, d’où émerge une capsule à l’appétissante couleur brun chocolat. À l’intérieur se trouvent les spores, qui attendent le bon moment pour s’échapper et aller coloniser d’autres endroits.

Détails des cellules au microscope

Photo : Carole Beauchesne

Photo : Carole Beauchesne