Le houx verticillé

Par:  Louise Racine

Ilex verticillata

Le houx verticillé est une plante indigène du Québec. Eh oui! il existe du houx sauvage ici. Mais contrairement aux espèces à feuilles dentelées, piquantes et persistantes qui illustrent nos cartes de souhaits à Noël, ce houx possède des feuilles ordinaires, qui tombent chaque automne pour laisser apparaître de petits fruits qui persistent une partie de l’hiver. C’est pourquoi ses branches sont très prisées pour faire de jolis bouquets de fleurs séchées. Au printemps, la plante se couvre de petites fleurs blanches et, en fin de saison, les fruits semblent entourer la branche d’où le nom de verticillé. Les populations rencontrées au Québec ne dépassent guère deux mètres de hauteur. Le houx est une plante dioïque. Certains plants produisent des fleurs mâles et d’autres, des fleurs femelles qui, seules, donnent des fruits.

Il y a longtemps, on utilisait son écorce sous forme d’infusion comme tonique et comme remède contre la fièvre. Outre cet usage, on appliquait également l’écorce en cataplasme sur les éruptions cutanées. Les baies étaient utilisées comme purgatif pour se débarrasser des vers intestinaux. Toutefois, il faut veiller à ce que les enfants ne mangent pas ses fruits, car ils sont toxiques. La plante contient de la théobromine, une substance identique à la caféine, ainsi que d’autres alcaloïdes. La consommation d’une grande quantité de fruits (drupes), ou l’utilisation de feuilles et d’écorce pour préparer des tisanes peut entraîner un empoisonnement pour les enfants et les plus grands!

Photo : André Sabourin