La petite herbe à poux

Par:  Louise Racine

Ambrosia artemisiifolia

La petite herbe à poux se trouve souvent là où le terrain a été récemment perturbé. Elle pousse dans les endroits où les conditions de croissance sont difficiles pour les autres plantes comme aux abords des sentiers. Le pollen d’un plant peut affecter les personnes dans un rayon de plus d’un kilomètre. C’est une mauvaise herbe très répandue. Elle est présente de mai à septembre et meurt à la fin de l’automne. Cette plante qui poussait seulement dans le sud du Québec est maintenant en progression vers le nord.

Les feuilles sont très découpées, d’un vert grisâtre sur les deux faces et ressemblent un peu aux feuilles de carotte. Les fleurs mâles poussent en grappes au bout des tiges et produisent le pollen allergène. La hauteur de la plante varie de 5 à 70 cm. La petite herbe à poux ne présente aucun danger au contact avec la peau; il ne faut pas la confondre avec l’herbe à puce.

Vers la fin de juillet, les fleurs de la petite herbe à poux produisent du pollen, responsable du rhume des foins (rhinite allergique) chez les personnes allergiques. Le pollen se propage dans l’air sous la forme d’une fine poussière microscopique. La concentration de pollen est plus élevée en soirée, car le pollen, soulevé par l’air chaud du matin, tombe au sol avec l’air froid du soir. Un seul plant peut émettre 2,5 milliards de grains de pollen en une saison ! Cette plante indigène envahissante provoque une réaction allergique chez une personne sur six au Québec. Celles-ci peuvent souffrir de rhinite allergique, d’inflammation de la muqueuse nasale, de picotements et de démangeaisons du nez, de la gorge et des oreilles, de maux de têtes, de conjonctivite et d’asthme allergique. La saison tend à se prolonger de plus en plus. Elle est passée de 40 à 60 jours au cours des dernières années. La plante a aussi commencé à envahir plusieurs régions d’Europe.

La meilleure façon de se débarrasser de la petite herbe à poux est d’éliminer les plants avant la libération du pollen, soit au cours des mois de mai et juin. Étant une plante annuelle, elle ne risque pas de repousser l’année suivante, quand elle a été arrachée.

 

Photo : Richard Pelletier

Photo : Richard Pelletier

Multitude de petites clochettes vertes

Photo : Richard Pelletier