Accueil-3_Claude-Bourque-2015

Le CRPF

Né d’une initiative citoyenne rassembleuse et mobilisatrice, le Comité régional pour la protection des falaises œuvre depuis 2003 pour la protection et l’utilisation écoresponsable d’un territoire de 16 km², doté de caractéristiques écologiques justifiant sa conservation, comprenant et s’étendant derrière les escarpements de Piedmont, de Prévost et de Saint-Hippolyte.

Devenir membre

ACTUALITÉS

On parle de nous dans les journaux

Crédit photo: Jean-Luc Charbonneau

 

Le 13 juillet dernier, le journal Accès a fait une entrevue avec Éricka Thiériot, biologiste et coordonnatrice au CRPF, au sujet des écosystèmes fragiles et du rôle que la Réserve du Parc-des-Falaises joue dans la préservation de la biodiversité.

Pour lire cet article, cliquez ici.

Les fruits d’une plante de la réserve attirent l’attention en juillet

Crédit photo: Denis Paquette

Il s’agit de la némopanthe mucroné.

Denis Paquette, botaniste et membre du CRPF, la décrit ainsi: « C’est un arbuste d’environ 1,5 à 2 mètres de haut, qu’on trouve surtout quand on a les pieds dans l’eau ! Son nom latin est Ilex mucronata puisque la plante est maintenant dans le genre Ilex (Houx) et son nom anglais, Mountain Holly ou Catberry.

Il fleurit au printemps, mais personne n’y porte attention puisque les fleurs blanches sont très petites. Les fleurs mâles et les fleurs femelles sont sur des plants différents, et c’est pourquoi vous verrez certains arbustes avec les mêmes feuilles, mais sans fruits.   Ce sont les mâles…. Les feuilles sont terminées au bout par un petit mucron (pointe), d’où son nom «mucroné». Les fruits ronds, verts au début puis rouge mat à maturité, sont au bout d’un fil très mince de 2 cm, ce qui est remarquable. On trouve cette plante mystérieuse dans les tourbières et sur les bord de lacs. »

Pour lire l’infolettre du mois de juillet 2022, cliquez ici.

SENTIERS


Sentiers écologiques ouverts


Bonne randonnée!

 

Pour de l’information sur la réserve naturelle Alfred Kelly, propriété de Conservation Nature Canada : https://www.natureconservancy.ca/fr/nous-trouver/google-trekker/alfred-kelly-nature-reserve-FR.html

Écoanxieux, n’écoutez pas cette chanson!

En 2004, les Cowboys fringants sortaient la chanson Plus rien qui porte sur la fin de l’humanité sur Terre. Nous voici en 2022 et cette chanson est malheureusement toujours pertinente et d’actualité.

Pour l’écouter, cliquez ici.

 

Déclin de la biodiversité

           Crédit photo: Éricka Thieriot

Au Québec, 200 espèces ou populations fauniques sont en situation précaire. et 11 espèces sont disparues. La disparition d’une espèce a des conséquences majeures sur l’ensemble d’un écosystème. Par exemple, la disparition du pic à tête rouge (espèce menacée dont les observations sont rares et irrégulières au Québec) aura des effets sur les insectes, les mammifères et les amphibiens qui utilisent les trous qu’il creuse dans les arbres. Sa disparition aura aussi un impact sur le cycle de l’écosystème forestier puisque les cavités pratiquées dans les arbres morts aident à leur décomposition.

Pour en savoir plus, consultez l’article interactif du journal Le Devoir consacré à ce sujet.