L’apocyn à feuilles d’androsème

Par:  Diane Barriault

Apocynum androsaemifolium

L’apocyn est une plante vivace qui se propage de façon sexuée et asexuée (par son rhizome). Elle forme des colonies dans les milieux ouverts en bordure des routes et à l’orée des bois. Elle s’implante souvent dans les bleuetières sauvages où elle entre en compétition avec les arbustes producteurs, réduisant leur rendement et rendant plus difficile la cueillette mécanique des fruits.

De taille moyenne, moins d’un mètre, elle possède une tige dressée, ramifiée et rougeâtre, qui contient un latex dont le contact avec la peau peut être irritant pour certaines personnes. Cela lui a valu d’être aussi nommée herbe à puce. Cependant, son pouvoir irritant que certains mettent en doute est faible comparativement à celui de la plante tant redoutée (Toxicodendron radicans).

L’apocyn atteint son plein déploiement à la fin de juin et commence à fleurir peu après. Les feuilles ovales ou elliptiques sont opposées et entières (non dentées). Elle produit, à l’extrémité de ses tiges, de petites fleurs blanches ou roses en forme de clochettes dont l’odeur s’apparente à celle du lilas. Il faut les observer de très près, à la loupe, pour comprendre leur structure fine qui en fait de véritables pièges à insectes. En Europe, on appelle cette plante « gobe-mouche ». Les fruits arrivent à maturité à l’automne. Ce sont des follicules allongés et étroits rattachés par paires et contenant de nombreuses graines très petites. Elles sont pourvues d’une aigrette blanche permettant leur dispersion par le vent.

Photo : Diane Barriault

Petites fleurs rosées en forme de clochette

Photo : Diane Barriault

Détails de la fleur

Photo : Richard Pelletier

Les fruits: de longs follicules matures à l’automne

Photo : Diane Barriault

Graines pourvues d’aigrettes blanches

Photo : Diane Barriault