La drave lancéolée

Par:  André Sabourin

Draba cana

 

Cette petite plante herbacée appartient à la famille des Brassicacées (ou Crucifères). Elle ne dépasse pas 25 cm de hauteur et est couverte d’une pubescence dense dont les poils varient de simples à étoilés. Sa floraison est printanière et ses fleurs sont composées de quatre pétales blancs. Ses fruits, des siliques ou silicules, ont pour caractéristique d’être un peu tordus ou spiralés.

La drave lancéolée, aussi nommée drave blanchâtre, est considérée comme rare au Québec et, depuis décembre 2015, elle figure sur la liste des espèces susceptibles d’être désignées menacées ou vulnérables. Dans les Laurentides, le massif des falaises est le seul endroit où elle est présente, bien que sa répartition québécoise soit très vaste, puisqu’elle se trouve jusqu’à la baie d’Ungava.

Sa rareté s’explique par le type de milieu qu’elle occupe. Cet habitat rare consiste en des escarpements, falaises, talus d’éboulis ou rochers exposés, qui sont des milieux ouverts. Il faut qu’ils soient de nature calcaire, au moins partiellement, puisque la plante est calcicole.

Découverte à Prévost en 1984, cette drave et d’autres plantes rares ou d’intérêt typiques de cet habitat, comme l’arabette à fruits réfléchis, sont à l’origine du projet de conservation des escarpements, puis du massif des falaises.

Photo : André Sabourin