Les plantes d’intérêt

par: André Sabourin

Quelque plantes rares présentes dans le massif des falaises font partie de la plus récente liste (2016) des plantes vasculaires rares du Québec. La plus connue est un arbre, le noyer cendré, tandis que les autres sont des plantes herbacées. La présence de ces plantes est à l’origine de l’effort de conservation du territoire, en particulier les escarpements, l’habitat le plus favorable aux plantes rares ou d’intérêt et aussi du faucon pèlerin.

D’autres plantes d’intérêt consolident l’idée de conservation. Certaines ont déjà été considérées comme rares au Québec. Plusieurs espèces sont peu fréquentes dans la région des Laurentides au nord de Saint-Jérôme, comme l’orme rouge. Ces plantes sont aussi rares sur le territoire du massif des falaises ou dans les environs. Enfin, six espèces sont désignées vulnérables à la cueillette commerciale bien que pas nécessairement parmi les plus rares au Québec, pour l’instant. La matteuccie fougère-à-l’autruche en est un exemple bien connu. La cueillette est une menace qui pèse sur les populations de ces plantes et pourrait mettre en péril l’existence de ces plantes indigènes dans un futur rapproché.

Les chances de survie des plantes rares ou d’exception dans vos parterres sont nulles car leur habitat naturel est très complexe.

Évitez de les cueillir ou de les transplanter.

Espèces désignées vulnérables à la cueillette commerciale

Espèces ayant déjà fait partie de listes de plantes rares

Espèces rares dans les Laurentides au nord de Saint-Jérôme